Ivy Pack

Ivy Pack

Aborder la thérianthropie avec des proches ?

Même si la thérianthropie est une notion complètement personnelle, elle aborde l'identité et la perception d'une personne envers elle-même.

Je sais par expérience que lorsque l'on est entouré/e de personnes n'étant pas au courant pour notre animalité, on modifie notre comportement et l'adapte pour qu'il soit le plus humain possible. On retient nos réactions et mimiques animales, on se bride, et en un sens, on se sent légèrement mal à l'aise, car on n'a pas l'impression de pouvoir être nous-même à 100%. Alors bien sûr, lorsque l'on est avec des proches, on finit par mettre ça de côté pour profiter de leur présence, et on est quand même content/e de les avoir à nos côtés.

Cela dit, pour beaucoup, la question de faire un « coming-out » finit par se poser. On ne sait pas vraiment si on va en parler, mais on commence à y réfléchir, et à se demander si ça aurait un impact, une réelle utilité. Lestes a fait le choix d'en parler à sa mère il y a déjà pas mal de temps (je ne saurais dire combien exactement, mais je pense que cela fait plusieurs années déjà), et pour ma part, j'ai évoqué le sujet avec deux amies proches. Cependant, seule une d'entre elles a compris l'importance de la chose dans ma façon de me vivre et de voir le monde.

Il faut savoir que quand on parle de thérianthropie pour la première fois avec quelqu'un, on se retrouve face à deux réactions possibles : la première révèle de l'incompréhension et un scepticisme poussant à trouver cette identification étrange, tandis que l'autre est enthousiaste et pense que c'est génial, parce que justement, ça sort du moule ordinaire.

Pour mon amie qui a compris mes explications, la deuxième réaction a été la sienne, et elle a montré beaucoup d'intérêt. Même si j'ai été soulagée de voir qu'elle avait réagi ainsi (parce que clairement, je préfère laaaargement cette option, plutôt que la première), j'ai tenu à casser le mythe immédiatement : non, ce n'est pas « génial ». Ce qui est génial, c'est que ça pose un mot sur ce que l'on est, et on découvre par ce biais qu'on n'est pas seul, qu'on est toute une communauté. Ce qui est génial, c'est que notre perception du monde est enrichie. Mais c'est tout. Ce ne sont que des fragments de ce qui résume la thérianthropie. Parce qu'à côté de ça, il y a la disphorie d'espèce, que l'on subit tous au moins une fois de façon momentanée ; il y a les membres fantômes, qui nous frustrent car ils ne sont pas visibles ; il y a l'impression que, malgré la communauté, on est seul contre tous, face à des personnes qui peuvent potentiellement être intolérantes et insultantes ; il y a le fait que l'on est différent. Et la différence, c'est pas toujours marrant.

Mais revenons au sujet principal : aborder la thérianthropie avec un entourage non-thérian. J'ai regardé plusieurs vidéos sur ce sujet, et j'en ai retenu plusieurs conseils importants (notamment grâce à la chaîne d'Adrian D.E. AshPaw).

  • Faîtes des recherches sur la thérianthropie. En effet, il est important de montrer que vous savez de quoi vous parlez. Pas de « je pense », mais « je sais ». Vous êtes sûr/e de vous et êtes le/la plus clair/e possible afin de bien faire comprendre l'impact et le fonctionnement de la thérianthropie, sans oublier d'en faire une définition personnelle, parce que c'est une définition qui varie subtilement pour chacun. Cela dit, veillez à aborder la chose sous un maximum de visions possibles : spirituelle, psychologique, neurologique, etc, pour montrer que l'on trouve des façons de l'expliquer variées et riches.
  • Soyez prêt/e à répondre aux questions. Dans tous les cas, peu importe la réaction première de la personne en face de vous, elle aura toujours des incertitudes par rapport à la thérianthropie. Soyez à l'écoute, sans aucune agressivité, et aidez la personne à mieux appréhender le principe en répondant à toutes ses questions, même celles qui vous semblent absurdes.
  • Si besoin, n'hésitez pas à montrer des sites d'autres thérians que vous jugez sérieux. Le fait de montrer que l'on est une communauté et que vous n'êtes pas la seule personne au monde s'identifiant à un/en tant qu'animal non-humain peut donner plus de poids à votre explication. Cela dit, soyez sélectif/ve et choisissez des écrits cohérents, complets et aérés afin de ne pas risquer de blaser la personne à laquelle vous « apprenez » l'existence de la thérianthropie.

Je pense qu'une fois ces trois piliers bien en tête, vous êtes préparé/e à en parler. :) Pour ma part, ce n'est pas trop un sujet d'actualité, puisque je ne compte pas en parler à plus de personnes pour le moment (ce qui inclut donc ma famille, qui n'est pas au courant malgré la récente création de ma queue en laine).



02/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres