Ivy Pack

Ivy Pack

Mais le loup, c'est pas plus classe ?

Pourquoi le coyote ? C'est nul un coyote. Le loup c'est plus... c'est plus noble. Plus classe.

 

Ouaip, le coyote c'est nul.

Ca pèse au maximum dans les vingt kilos, mesure à tout casser la moitié d'un loup, quand ça hurle, ça te pète les tympans et ça a des habitudes alimentaires un peu trop variées. C'est un voleur opportuniste, le fait-chier des canidés, qui en plus à le culot d'avoir un taux de fécondité hyper-élevé.

 

La panthère nébuleuse ? Pourquoi pas le tigre, c'est super-puissant un tigre !

 

Ouaip, la panthère nébuleuse est à peine plus grande que le coyote, le mâle peut tuer la femelle pendant l'accouplement et en captivité, il arrive que les couples essaient de s'entre-tuer. Il y a plus romantique comme félin, surtout qu'à part ses petits dysfonctionnement amoureux, on ne connait au final pas grand chose sur ces animaux. Ils peuvent grimper aux arbres, ils ont des crocs super-long par rapport à leur taille, des articulations hyperlaxes, et c'est à peu près tout ce qu'on peut trouver, du moins du coté français de la chose.

 

 Mais voilà, ce sont les animaux auxquels je m'identifie.

Pas pour faire classe, pas pour avoir l'air puissante, mais parce qu'ils me correspondent.

 

Je suis sensible aux odeurs, aux sons et dans une moindre mesure, à la lumière. J'ai toujours mes oreilles fantômes en mouvement sur ma tête, et le nez qui frémit à la moindre brise. Il y a des odeurs que j'apprécie, que d'autres trouveraient dégoûtantes : des odeurs corporelles, des odeurs animales, l'odeur du sang, entre autres.

Je couine quand j'ai mal, je grogne quand on me bouscule, je gronde pour menacer ou pour me calmer quand je suis stressée. Je feule quand on me menace et je ronronne/fais un son proche du prusten quand tout va bien, pour saluer mes amis. Mon hurlement est explosif, aiguë, il est une façon de dire que je suis vivante, que je suis présente, que l'endroit où je me trouve m'appartiens.

Je communique avec les chiens en langage plus ou moins canin. Entre un mot et un geste humain va venir se caler un mouvement de tête invitant au jeu, ou un froncement de lèvre en guise d'avertissement.

J'adore qu'on me gratte la tête, mais attention, uniquement entre mes deux oreilles fantômes. Sinon ça me donne l'étrange impression qu'on passe à travers, et j'ai horreur de ça.

J'adore mâchouiller des trucs. Capuchon de stylo, voir le stylo lui-même, fil d'écouteurs, crayon à papier, tout y passe.

J'aime me rouler dans ma couverture, me frotter le dos contre, enfouir mon nez dedans.

J'aime me faufiler à travers une foule, effleurant à peine les gens, concentrée sur mon but et me faisant à peine remarquer ; ou bien restée assise à observer la ville bouger autour de moi.

J'aime grimper. J'ai un équilibre qui ne vaut pas un clou, mais j'aime grimper, me percher et observer.

Selon mon humeur, j'adore traquer un animal, ou bien le poursuivre. Pas pour l'attraper mais juste pour m'approcher ou lui courir après. La traque est excitante, s'approcher sans que l'animal s'en rende compte est un vrai défi. La course-poursuite est amusante, nettement plus pour moi que pour l'animal, cela-dit...

J'aime restée allonger à ne rien faire, j'aime aussi avoir plusieurs choses à faire en même temps. Le problème c'est quand je fais les deux en même temps...

 

Je ne suis pas un canidé au port de tête noble, à l'allure mesurée, qui se bat avec férocité. Je suis pas un félin au corps agile, souple, qui se fait discret.

Je suis un coyote fouineur, qui va toujours mettre son museau là où il ne devrait pas, qui ne tient pas en place en présence d'autres personnes. Je suis un coyote bruyant, qui a envie de s'exprimer et se gêne de moins en moins pour le faire, une emmerdeuse qui adore enquiquiner son entourage. Une bestiole courageuse et têtue, qui va tenir tête uniquement par esprit de contradiction, mais pas téméraire, qui s'enfuit la queue entre les pattes au premier signe de danger...

Je suis une panthère curieuse, qui se casse la figure dès qu'elle fait trois pas et qui râle tout le temps. Une grosse feignasse qui à du mal à se motiver. Quand je prends quelqu'un dans mon viseur, je peux attendre un faux-pas de sa part indéfiniment, et quand je lui tombe dessus, c'est bien souvent de nulle-part. J'attaque pour faire mal, j'attaque pour achever du premier coup. Il n'y a rien de loyale ou de moral, juste une riposte.

 

Je ne suis pas classe, je ne suis pas noble.

Je suis humaine, et je m'identifie à des animaux.



28/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres