Ivy Pack

Ivy Pack

Notion de dominance et de soumission

Il y a quelques temps, j'ai eu une conversation qui m'a ouvert les yeux sur une nouvelle bizarrerie du regard que je pose sur le monde.
Je veux parler des notions de dominance et de soumission.
Dans le monde bien humain dans lequel on vit, être dominant peut être (très) mal-vu, et se déclarer soumis peut autant être une déclaration de notre faiblesse d'esprit que d'être adepte à des pratiques sexuelles un peu hors-normes.
J'avais déjà un peu cerné la chose, et évite donc généralement d'employer ces mots avec des gens ne me connaissant pas vraiment. Quand je veux parler de dominant, j'utilise "fort caractère" et pour soumis ça serait plus "pacifique / calme / gentils". Des termes assez réducteurs, mais je n'ai pas le choix si je veux me faire comprendre.
J'ai donc envie ici de me livrer à une re-définition de ces deux termes, parce que je les emplois assez régulièrement.

 A mon sens, être dominant n'est pas une mauvaise chose, pas plus qu'une bonne en tout cas.
Etre dominant, c'est avoir autant de droits que de devoirs.
Le droit d'être autoritaire, le devoir de réfléchir aux ordres que l'on donne.
Le droit d'être possessif envers les autres, le devoir de les protéger.
Ce n'est pas être écrasant, humiliant, voir user de méchanceté gratuite. Pour moi quelqu'un comme ça est un soumis incapable de l'accepter, qui tente de se montrer aussi "grand" et "fort" qu'un dominant, en n'ayant aucunes capacité pour une telle chose.

 Ensuite passons au soumis.
Pour moi un soumis, c'est quelqu'un de moins impulsif qu'un dominant. Moins impulsif, mais pas forcément avec moins de caractère, qui se laissera faire sans rien dire. Il existe des soumis avec un caractère de taureau sauvage ayant une rage de dent, mais qui au final, restent des suiveurs. Enfin toujours est-il que n'importe quel soumis ne se laissera pas faire sans rien dire. Ca prendra le temps qu'il faudra, mais si il n'y a aucun respect et aucune protection, le soumis finira par faire valoir ses droits et se retourner contre celui qui le prenait pour un paillasson.
Beaucoup voit ce terme comme péjoratif, mais pas moi.
Si il n'y avait que des dominants maniaque du contrôle, il ne resterait plus grand monde sur terre. Les soumis permettent aux dominants de relâcher la pression, ils ne sont pas une menace pour leur autorité, et peuvent être de bon conseil. Les soumis les plus pacifique sont aussi plus centrer sur l'observation, la conservation de la bonne ambiance du groupe, et attentif au bien-être émotionnel de ceux qui les entours.

Tout n'est pas si net cependant.
Par exemple, quelqu'un qui sera plutôt soumis dans un groupe pourra se révéler un vrai sergent-chef dans un autre. Tout dépend des liens entre les membres du groupe, et de sa dynamique.
Après c'est vrai que certaines personnes sont des chefs naturels, tandis que d'autres sont plutôt des soumis naturels. Le tout étant de s'accepter comme on est, car c'est le seul moyen d'accomplir notre rôle. Pendant longtemps, mon tempérament de soumise au sale caractère et à la fierté mal placée a fait que je voulais être le chef du groupe. Sauf qu'il a vite été évident que je n'étais pas faite pour ce rôle, trop craintive, pas assez impulsive, toujours à préférer la précaution à l'action. Mais le terme soumis m'était constamment envoyé avec une forte image négative, et je ne voulais pas être le paillasson qui subit sans rien dire que l'on décrivait. Il a fallut que je trouve le "vrai" sens du terme soumis pour enfin accepter que je ne serais certainement jamais une meneuse, mais plutôt une suiveuse, observatrice et conseillère attentive.



28/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres