Ivy Pack

Ivy Pack

Pourquoi tu portes une queue ?

Pourquoi tu portes une queue ?

 

Une question que l'on m'a déjà posé plusieurs fois, à laquelle je savais que je n'allais pas échapper en portant ma yarn tail, une queue faite entièrement en laine.

Une question à laquelle j'ai souvent du mal à répondre, parce qu'une part de moi à pour premier réflexe de dire la vérité, tandis qu'une autre sait qu'un mensonge serait préférable, serait plus acceptable.

 

Je porte donc une yarn parce que ça comble le manque que je ressens.

J'ai la sensation qu'il me manque quelque(s) chose(s) : des oreilles, et une queue. Un manque tellement important que j'en ressens des membres fantômes (je sais qu'il existe d'autres mots, mais c'est celui qui me paraît le mieux refléter ce que je ressens). Je sens des oreilles pivotant sur la tête, pointant en avant, se rabattant en arrière. Je les sens assez pour que, pendant longtemps, ça me paraisse un petit peu étrange de ne pas les voir quand je me regarde dans le miroir. Ces oreilles sont constamment là. Il n'y a pas un moment où je ne les sens pas, cela dit il y a des moments où je les sens plus que d'autre, quand un bruit fort retentit, que je suis dans une foule, ou quand j'écoute de la musique. A cause de ça j'ai mis du temps avant de m'habituer à porter un casque une fois que mes écouteurs m'ont lâché. J'avais l'impression que l'on me plaquait mes oreilles sur mon crâne, que l'on m'empêchait de les bouger, et j'ai mis plusieurs jours avant de pouvoir le supporter, la mobilité étant, pour moi, un élément essentiel de ces oreilles. Elles me permettent d'exprimer mes sentiments beaucoup mieux que les expressions de mon visage, ou les inflexions de ma voix, qui transmettent parfois un sentiment totalement contraire à ce que je ressens. Beaucoup de gens qui ne me connaissent que peu me voient comme très sûre de moi, hautaine, qui refuse de se remettre en question, parce que je laisse (involontairement) peu voir ce que je ressens. D'autres me voient comme un peu agressive, avec un ton dur et mordant.

Alors que je ne suis ni sûre de moi, ni hautaine, je dois être la personne la plus encline à penser qu'elle a tord, et niveau agressivité, on a vu mieux. Il me faut beaucoup de temps avant de m'énerver vraiment.

 

Bon, j'ai écris un vrai pavé sur mes oreilles, passons maintenant à ma queue. Elle, je la sens moins que mes oreilles. Elle est surtout présente par exemple quand j'ai peur, quand je suis contente, ou lorsque que je suis au milieu d'une interaction sociale (dispute, discussion un peu houleuse, ou à l'inverse un petit délire où je montre ma non-agressivité voir ma soumission) sinon je ne la perçois pas aussi intensément que les oreilles. C'est aussi un moyen d'expression, mais plus dans le style social qu'émotionnel à mon sens.

 

 

Pourquoi tu portes une queue ?

 

La première personne à me m'avoir poser cette question, c'est ma mère. A elle, j'ai dis la vérité sans détour.

Comme je m'y attendais, la première fois que j'ai porté ma yarn devant elle, j'ai eu droit à des regards moqueurs et un petit rire. Mais comme je l'ai dis, je m'y attendais. Et tant pis pour elle si elle trouve ça ridicule, je suis chez moi, j'estime avoir le droit de vivre comme je l'entends au moins entre ces murs, tant que je ne fais de mal à personne.

 

Dehors, par contre, je préfère la porter à la hanche. Je ne porte pas une queue pour choquer ou attirer l'attention, et j'estime que la rue étant à tout le monde, chacun se doit de respecter les autres. Pour moi, porter ma yarn à l'arrière en pleine rue équivaut à une provocation. Et provocation et respect ne vont pas vraiment ensemble …

Idem quand je suis chez quelqu'un d'autre, même quelqu'un en qui j'ai une totale confiance, comme ma grand-mère, qui m'a aider à fabriquer ma yarn. Porter une queue en laine, c'est moi que ça regarde, j'estime que je n'ai pas à l'agiter à mon derrière sous le nez des autres.

 

Je pense que c'est pour ça que le groupe d'amis que j'ai récemment intégré ont pu accepter ma yarn facilement. Je ne cherche pas à l'imposer, et elle est tellement normale pour moi qu'elle en vient vite à faire partie du paysage.

Ce groupe d'amis, ce sont eux qui m'ont posé la fameuse question en second.

Je leur ais juste dis que c'était parce que j'aimais bien. Je ne me sentais pas d'approfondir le sujet, et ça leur à suffit.

Ma yarn est devenu un sujet de plaisanterie pour certain des garçons, qui ne peuvent s'empêcher de placer quelques blagues sur le fait que je porte une "queue". Je ne leur en veux pas, ce ne sont que des garçons après tout :D (non, je ne me venge pas, c'est faux ! … ).

Une bonne partie du groupe a aussi voulu la toucher. Normalement je déteste ça, mais je sais aussi que le fait de toucher permet d'apprivoiser le nouveau, l'inconnu, alors j'ai laissé faire une fois.

Le fait qu'elle soit à la hanche aide aussi, ça la "détache" un peu de ma queue fantôme. Si elle avait été à l'arrière, je ne sais pas si j'aurais laissé faire. Je ne sais même pas si les autres auraient osés. La situation aurait sûrement été beaucoup plus gênante pour nous tous.

Je les ai donc laisser faire, tout en surveillant de très près. Et maintenant, il suffit d'un regard, au pire d'une tape, pour dissuader les garçons de la toucher. Bon, il y a toujours deux petits malins qui ne résistent pas à l'envie de le faire dans mon dos (je ne citerais personne, si un jour ils tombent sur mon blog ils se reconnaîtront … ), mais dans la mesure où ils ne font rien qui pourrait l'abîmer, je ne leur en veux pas.

Et puis j'ai confiance en eux, ça ne me dérange pas autant que si c'était des gens que je ne connaissais pas, ou à peine.

 

L'étape suivante serait d'acheter une vraie queue de coyote.

Je sais que ça peut sembler surprenant, qu'une fille s'identifiant à un coyote porte la queue d'un vrai coyote qui aura été tué.

Cependant j'ai trouvé quelqu'un, aux USA, qui récupère les "déchets" des usines (pattes, têtes, queues) et les naturalise pour les revendre. Les entreprises ne gagnent donc rien pour la vente de ces queues, et ça évite qu'elles soient simplement jetées. Je trouve ça beaucoup moins choquant.

Après c'est mon avis, et je comprends que d'autres pensent différemment.

 

Sinon pourquoi une vraie queue ?

Parce que la laine, c'est bien, mais ça ne remplace pas la fourrure. Le toucher est largement différent, et je préfère de très loin la sensation de la fourrure. Une vraie queue est aussi un moyen de faire en sorte qu'elle ne soit pas perdue, simplement incinérée, ou entrain de pourrir dans un coin. C'est, à mon sens, une façon de faire en sorte que l'animal tout entier soit utiliser, et que rien ne soit gâché.

Cela dit, si il y avait un moyen pour que la fausse fourrure fasse une queue aussi mobile, avec des mouvements aussi naturels que la yarn, et un toucher semblable à celui de le vraie fourrure, je le choisirais sûrement, mais pour le moment je ne l'ai pas trouvé.

Bon je compte encore chercher une alternative, si je dois me résoudre à acheter une vraie queue de coyote, je ne veux pas que ça soit parce que c'est une solution de facilité.

C'est aussi pour cela que j'ai tenu à faire ma yarn tail avant de songer à la possibilité d'acheter une vraie queue. Parce que je voulais la mériter, cette queue. Je n'avais pas envie de simplement acheter une vraie, de n'avoir qu'à dépenser mon argent et la porter. Et puis c'est quelque chose que j'ai fais moi, pour moi.

Au final, je pense que même si j'avais une vraie queue, je continuerais de porter ma yarn de temps à autre.



28/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres